bandeauindex

Marc Pottier vous souhaite la bienvenue                                        Mis à jour le 13 Septembre 2018    (Écritures diverses)

eming

 

 

 

 

 

Écrire, la belle affaire !

Écrire parce qu'on a lu, écrire parce que l’on a vu ou bien écrire parce qu’on a vécu ?

J’essaie d’être de ces derniers tant j’apprécie rarement ces premiers qui souvent ne font que cuisiner de la conserve, ces seconds qui me font trop penser à ces personnes qui manquent un clair de lune afin de le photographier ; peut-être suis-je de ces troisièmes qui le font en vivant écrivant tant avec les mots que les actes ou d’autres œuvres encore.

 

Ecritures diverses.html

 

nouvelle édition : La Puce et l'Artisou       Roman

en ligne  : l'interview de l'auteur par Elliott et par Janvier

« La Puce et l’Artisou » nous rajeunit d’une vingtaine d’années nous ramenant au début de la vulgarisation informatique. Son propos est de mettre en parallèle le monde de l’Artisou (petit acarien qui habite les croûtes de fromage) symbolisant le monde rural traditionnel et celui de la Puce électronique qui a commencé à envahir l’univers.

 

L’Artisou a toujours existé, il existera assurément après nous. Sous le nom de Ciron il a eu l’honneur d’être couché sur les pages de Blaise Pascal, mais il a vécu bien avant, il a précédé le fromage ! Certains scientifiques prétendent même que le fromage a été inventé pour lui.

 

Le roman est écrit sous la forme d’une aventure avec une ambition philosophique, poétique et humoristique. Le décor principal est le Cantal, mais on visite aussi Paris, Nevers, Saint-Amour et Grenoble…

pucear

La Puce et l'Artisou  Roman  22 €

Format ex-libris  14,8*21 Broché  294 pages ISBN  978-2-918342-08-3


Le PDF  6 €

Aucune transaction monétaire n'est effectuée sur notre site, vos ordres sont transmis à Paypal qui recevra vos paiements par carte bancaire ou virement Paypal et nous les transmettra avec les informations concernant votre commande.

 Info sur Paypal  :    PayPal Acceptance Mark

 

 Sur l'établi  :  Noces de Terre 

 



 

La Puce et l'Artisou
Les chroniques de Elliott et Janvier
Un autre rivage   Théâtre
Un autre rivage   Roman
Un océan de solitude   Roman
Rêvalités   Recueil de nouvelles
Trois regards   Scénario
Questions et Un lézard Bleu   Théâtre
Des villes à la campagne
Histoire d'une utopie Les ateliers séquentiels
Drôle d'époque  Petit conte philosophique
Textes en lecture libre
L'atelier du poète   
À propos d'Albert
Roll Again
Pensées profondes
        Liens
 Contact :Emoticone et smiley école colère devoirs 
 
Librairie en ligne
PayPal Acceptance Mark

Un autre rivage

Roman inspiré de la pièce de théâtre du même nom

couvUAR2017

Un autre rivage  Roman
Format ex-libris  14,8*21 Broché  192 pages ISBN 978-2-918342-05-2   © Marc Pottier 2016
Le livre 19 € 50 € franco toutes taxes

 

Le PDF incluant le roman et la pièce de théâtre originelle 9€

 

 

 Commentaires de lecteurs :

Votre manuscrit est bien écrit et traite d’un sujet fort intéressant.
Cependant il ne correspond pas à notre ligne éditoriale, en effet nous publions que très peu de romans.
Nous vous encourageons néanmoins à poursuivre vivement vos recherches de publication,
Éditeur suisse

Une écriture dense et sensible au service de personnages attachants entrainés dans une aventure dramatique à laquelle ils tentent de résister par leur seule humanité. L’auteur laisse le lecteur libre, il suggère, propose, sa manière tient de l’impressionnisme et il n’est pas étonnant de rencontrer Monet dans les promenades qu’il nous propose.

M.R.



Roman passionnant, plongée saisissante de réalisme au cœur de la vie d’un homme dont l’existence bascule après l’assassinat de son meilleur ami. L’intrigue est forte et intense, notamment portée par des personnages attachants et un suspense habilement entretenu jusqu’à un dénouement final réussi et inattendu.  J.E.

Tristesse ,suspens ,amour , la vie quoi , un beau livre ,mais les méchants diront que je ne suis pas objèctive   V.B.

 Je l'ai lu avec beaucoup d'intérêt, le "suspens" est bien tenu et c'est finalement émouvant de revisiter les lieux de notre enfance de cette façon...  A.M.
 

L’auteur donne ici l’impression d'avoir vécu son roman, bravo !    Marie R.

 

Si l’histoire est passionnante et surprenante, il manque à mon goût des descriptions et des développements comme je les trouve chez d’autres auteurs. Les scènes concernant la pédophilie me paraissent trop longues.         Peut mieux faire !         Pascal L.

 

 

 

Les drames atterrissent un peu n’importe où, c’est ainsi.

 Pourquoi pas au milieu de ces amis qui banquètent en riant ?

 Pourquoi pas ?

 

         

       Le début de l’année 1985 a laissé quelques souvenirs frigorifiés, quelques records aussi. C’est par ce genre d’évènement que parfois on se situe dans le temps ; pour Pascal Pasquier, la référence est toute autre, elle se situe à l’automne dans le port du Tréport en rivage de Manche. Il n’y a pas pour lui d’autre évènement cette année-là, il est bien possible qu’il n’en soit pas d’aussi important dans toute sa vie.

 

       Un attroupement retient l’attention de Pascal, l’attire. Il est venu au Tréport pour rencontrer son ami Benoit, Benoit Seguin, de bons amis depuis l’école, ils ont tout partagé et ne se sont jamais perdus de vue malgré des parcours très différents. Amis à l’école, puis amis dans la vie, amis célibataires et puis amis après leurs mariages et la naissance de leurs enfants. Les inséparables, les surnommait-on souvent.

Son appréhension monte, des badauds se tiennent en haut du muret qui surplombe la plage observant des secouristes s’empressant autour d’un corps allongé, un cordon de policiers les empêche d’approcher davantage. Un véhicule du SAMU vient de se garer. Pascal est pris d’un sentiment bizarre, un sentiment qu’il ne connait pas, sa respiration est difficile, il a parfois l’impression qu’elle va s’arrêter. Ses jambes ont peine à le porter. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’il rencontre ce genre de scènes, il est souvent en déplacement pour son travail et malheureusement elles lui sont un peu communes. Á 34 ans, c’est bien un peu tôt se dit-il pour avoir des malaises, il est à toucher les badauds, mais doit s’asseoir sur le muret pour retrouver son souffle, sa tête tourne un peu. Dirigeant son regard vers la plage bordée de galets, il aperçoit le corps autour duquel s’affairent les secours ; les pompiers l’ont maintenant déposé sur une civière et ferment sur lui un grand sac noir. « C’est fini pour lui » songe-t-il et il trouve là une explication à son angoisse, à ses malaises. La mort a dû lui envoyer ses sombres ondes.

       Il va mieux à présent et retrouve le monde, il commence à écouter les badauds, mais plus il les écoute et plus la description qu’ils donnent de l’homme, c’est un homme, plus il pense qu’elle est proche de celle de son ami et l’angoisse de nouveau monte en lui. C’est vrai qu’ils avaient rendez-vous par-là, c’est vrai qu’il portait un costume gris clair, le plus souvent, c’est vrai…

       Alors, au prix d’un grand effort il va vers l’ambulance, malgré le cordon, la foule des badauds est dense et se densifie encore ; il ne pourra voir grand’chose, d’autant que le corps est maintenant prisonnier de son sac de mort. Les portes de l’ambulance sont fermées et le véhicule quitte le bord de mer. Il avise un policier qui essaie de gérer la petite foule, les invitant à se retirer, s’assied encore sur le muret et attend que le calme revienne un peu. Il se lève enfin et s’approche du policier pour lui faire part de ses craintes, de son appréhension.

       « Bonjour, j’avais rendez-vous ici avec un ami, ce qu’on dit du mort lui ressemble un peu, savez-vous qui ce peut être ? »

       « Pour l’heure on ne sait trop rien, si ce n’est qu’il ne doit pas être d’ici, la ville n’est pas très grande et on connait tout le monde. Attendez un peu que les gens se dissipent et accompagnez-moi, s’il vous plait à l’hôtel de police, peut-être en saura-t-on un peu plus, peut-être pourrez-vous nous aider à l’identifier, mais ça, je ne vous le souhaite pas ! »

       Quand Pascal fait tourner ces évènements dans sa tête, c’est bien ainsi qu’il sait raconter l’histoire et c’est bien là la vérité !

plus sur   Un autre rivage Roman


 Je souhaite être averti des nouvelles parutions :Emoticone et smiley école lire livre 

marius